La Pharmacie du CHR Mons-Hainaut : « un véritable travail d’équipe »


Publié le Mercredi 05 Avril 2017

La Pharmacie hospitalière du CHR Mons-Hainaut joue un rôle central dans l’achat, le contrôle de la prescription, la préparation et la délivrance personnalisée ainsi que la facturation du médicament.
Dans un esprit interdisciplinaire, elle collabore avec les partenaires du réseau de soins afin de garantir des soins de qualité donnés aux patients.

La pharmacie du CHR Mons-Hainaut n’est plus une entité isolée au sein de l’institution mais s’articule autour des pôles de gestion et se situe fonctionnellement dans une position transversale entre les unités de soins et les services administratifs, financiers et techniques.

Pour remplir ces rôles, les 8 pharmaciens s’entourent d’une équipe composée de 20 assistantes en pharmacie, de 4 aides administratives, de 2 aides logistiques et d’un analyste de gestion.

Le champ d’activité et de responsabilité de la pharmacie hospitalière est particulièrement large. En effet, il faut entendre par « médicaments » : les spécialités pharmaceutiques, les préparations magistrales, les préparations cytostatiques, les produits pharmaceutiques courants, les antiseptiques et les désinfectants, les produits diététiques enregistrés, le matériel médicochirurgical stérile (seringues, champs opératoires, sondes, etc…), les implants et les prothèses, les gaz médicaux, les produits faisant l’objet d’essais cliniques et les échantillons médicaux destinés aux patients hospitalisés.

« La première mission de la Pharmacie est de fournir les deux sites du CHR Mons-Hainaut en médicaments et en matériel stérile en tenant compte à la fois des obligations thérapeutiques et des contraintes budgétaires », explique Marie-Eve Vryghem, Pharmacien hospitalier en chef. La disponibilité des médicaments et du matériel stérile est contingent au formulaire thérapeutique. Ce dernier est une liste limitée et obligatoire de médicaments sélectionnés de manière raisonnée et économiquement justifiée (tenir compte des risques et des coûts supportés par l’Inami, les patients et l’hôpital), disponibles en permanence afin de répondre aux besoins diagnostiques et thérapeutiques.

Toute demande d’introduction ou de suppression d’un médicament est validée par le CMP (Comité Médico-Pharmaceutique) pour les médicaments, le CMM (Comité du Matériel Médical) pour le matériel stérile, le GGA (Groupe de Gestion des Antibiotiques) pour les antibiotiques, le CHH (Comité d’Hygiène Hospitalière) et le CLAN (Comité de Liaison Alimentation-Nutrition).

« Il faut également savoir que tout achat est soumis à la loi des marchés publics. Nous participons à la centrale d’achat Mercurhosp, qui négocie l’achat groupé de produits», détaille Marie-Eve Vryghem. 

La deuxième mission de la Pharmacie est la dispensation. Chaque unité de soins possède un stock dont la dotation a été étudiée en collaboration avec le médecin chef et l’infirmier(e) en chef. L’approvisionnement des médications destinées aux patients et de la réserve de l’unité de soins est réalisé sur base de prescriptions individuelles manuscrites ou informatisées. « Cette tâche de dispensation est effectuée avec rigueur par l’équipe des assistantes. »

La prescription médicale permet également la facturation, de même que l’édition de la demande d’attestation pour un remboursement supplémentaire anis que la gestion des stocks de l’officine.

Depuis 2013, l’acquisition du programme Infohos a permis l’informatisation du service. L’application prend en charge l’ensemble du processus allant de l’achat, gestion du stock, distribution à la facturation du médicament.

Les autres tâches qui sont confiées aux assistantes sont la délivrance, la gestion du stock et l’élaboration des commandes du matériel stérile, l’exécution des préparations magistrales et officinales dans le respect des protocoles, des règles d’hygiène et professionnelles, l’encodage des prescriptions manuscrites, la gestion des retours de médicaments et la gestion des stupéfiants dans le respect strict de la législation.

DES PRODUITS SENSIBLES

« Le traitement de certains cancers nécessite l’administration intraveineuse et sous-cutanée d’agents cytotoxiques. A nouveau, la solution doit être d’une composition précise selon une posologie adaptée au poids du patient, stérile et prête à l’emploi.
Comme il s’agit ici d’agents dangereux, la préparation est réalisée sous hotte à flux laminaire vertical dans un local réservé à cet effet. »
De cette manière, on assure également la protection du préparateur. En plus de la réalisation d’une préparation de
qualité effectuée par l’assistante, le pharmacien réalise un contrôle supplémentaire de la posologie et du schéma de traitement.

Le pharmacien confie également aux aides administratives, la délivrance et commande des implants, appelées « liaison bloc op », la gestion des attestations, la gestion de la réception des commandes fournisseurs, la réconciliation des factures fournisseurs, l’archivage etc…

Le pharmacien dispense non seulement des médications mais aussi des informations concernant celles-ci : usage, posologie, effets secondaires, voie d’administration, dilution, interactions… Il participe aux actions de pharmacovigilance et de matériovigilance et assure la sécurisation du circuit du médicament à travers des actions qualité et sécurité des soins et gestion des risques.

LA PRESCRIPTION INFORMATISÉE

Avec l’informatisation progressive des services hospitaliers et l’apparition du Dossier Patient Informatisé et de la Prescription Médicale Informatisée via Polymedis, le pharmacien peut amplement exercer sa troisième mission. Au-delà du coeur, il peut apporter son aide dans les grandes artères et jusqu’aux capillaires, par sa bonne vision de l’ensemble du processus, de la prescription à l’administration.

« Nous sommes particulièrement attachées à participer à ce projet d’informatisation car celui-ci rejoint une de nos préoccupations majeures : la sécurité d’utilisation des médicaments. De plus, il s’agit d’une opportunité de développer des activités à orientation clinique, qui nous permettent de mettre nos connaissances du médicament directement à la portée des patients », explique Marie-Eve Vryghem. Concrètement, chaque prescription médicale est validée par un pharmacien qui analyse les posologies, les interactions médicamenteuses, la présence de doublons, etc…

Le pharmacien est également responsable de la pré-facturation patient des spécialités pharmaceutiques et des dispositifs médicaux invasifs incluant l’analyse des modalités de remboursement et forfaitaires stipulées dans le moniteur et circulaires de l’INAMI.

Plusieurs projets sont en cours et à venir à la Pharmacie, comme l’élaboration d’un système électronique de traçabilité de l’implant jusqu’à son implantation chez un patient, la pharmacie clinique au pied du lit du patient, la facturation informatisée et automatique des préparations cytostatiques, l’acquisition d’armoires intelligentes, etc…

L’équipe participe également aux divers projets de faisabilité de logipôle suite à la réforme du paysage hospitalier de Maggie De Block. « Travailler à la pharmacie est un véritable travail d’équipe, fortement enrichissant dans un esprit de travail interdisciplinaire », conclut Marie-Eve Vryghem.

Découvrez la page Facebook du CHR Mons-Hainaut Découvrez la page linkedIn du CHR Mons-Hainaut