Soins palliatifs et ISO : an 4


Publié le Mardi 24 Novembre 2015

L’Unité de soins palliatifs (USP) a comme on le sait inauguré une démarche « qualité » de type ISO au CHR Mons Hainaut. Elle a été suivie, peu de temps après, par le laboratoire de biologie clinique de Boussu qui devait déjà répondre aux exigences d’un arrêté royal inspiré par l’ISO.

Ce que l’on sait sans doute moins, c’est que l’USP a initié en 2010 cette démarche sur base tout à fait volontaire, sans y être poussée par un quelconque décret ou par la direction de l’époque. D’aucuns ont pu se demander ce qui pouvait bien mener des professionnels du secteur hospitalier à s’auto-infliger le surcroit de travail qu’impose la rédaction de documents nombreux, la traçabilité totale au quotidien et tout ce que la norme ISO9001 requiert encore.

Qu’importe, cela a été fait et même bien fait puisque ce service a décroché la certification visée en pionnier pour l’hôpital mais aussi, pour son domaine d’activités, en Europe, voire au-delà. Challenge sans lendemain ? Du tout : chaque année, depuis, l’organisme certificateur (Bureau Veritas) est venu vérifier que la démarche mise en œuvre restait active, au besoin enrichie d’éléments nouveaux. Et cela a été le cas : avec une belle régularité, le service aux patients s’est enrichi de dimensions novatrices comme le massage aux huiles essentielles, l’acquisition d’une baignoire accessible aux patients en fin de vie, ou le recours à un langage dénué de termes porteurs d’angoisse (« hypnose » conversationnelle). Le tout a bien entendu été intégré dans une volonté d’amélioration continue.

Basé sur un rythme de trois années, l’ISO9001 impose qu’en cas de continuité une nouvelle demande soit faite à ce terme. Ce qui a été fait en soins palliatifs avec succès : c’est en effet, depuis peu, reparti pour trois années supplémentaires au moins avec, à la clé, d’autres innovations. Est-il également utile de rappeler que le service a étrenné, pour l’Institution, le logiciel Polymedis[1] comme il l’a fait plus tard pour ENNOV[2] ? 

Ce qu’il faut en retenir - outre que la démarche, tant dans sa mise en œuvre que dans son entretien, est à saluer - c’est que l’Unité de soins palliatifs apporte la preuve que la démarche en question est tout à fait miscible à une activité quotidienne qui n’est déjà pas des plus simples à gérer. Cela pourrait (devrait ?) donner des idées à d’autres qui pourraient se laisser tenter. Et lorsqu’on demande aux membres du personnel du service certifié si cette gestion au quotidien de la qualité ne pose pas problème, la réponse vient, immédiate : comment a-t-on pu travailler avant, autrement ?

L’essentiel est dit…

Jean-Michel DEBRY - Coordinateur qualité - CHR Mons-Hainaut

 


[1] Dossier informatisé unique « paper free »

[2] Logiciel de gestion documentaire

 

Découvrez la page Facebook du CHR Mons-Hainaut Découvrez la page linkedIn du CHR Mons-Hainaut